Bilan « sécurité aérienne » de l’année 2018

L’année 2018 n’aura malheureusement pas tenu toutes les promesses des excellents résultats de l’année 2017 puisqu’aucun passager d’un avion de transport aérien n’était alors décédé… mais plusieurs accidents très médiatisés ont eu lieu cette année, et l’on note en particulier un retour des accidents « liste noire », c’est à dire des accidents liés à un environnement aéronautique manquant de rigueur et de professionnalisme. Ce sont alors systématiquement des vols internes à des pays douteux qui sont en cause. On ne dénombre ainsi aucun accident aérien dans les pays occidentaux et ceux alignés sur ces standards (Moyen-Orient et Maghreb, Asie continentale…). Voici la liste de ces crash et leurs raisons :

11 février 2018 : Antonov 148 de Saratov Airlines (Russie)

L’Antonov 148 a une forme caractéristique, avec ses ailes très hautes, au-dessus du fuselage de l’avion

La sinistre réputation des Antonov n’est plus à démontrer, mais ces avions sont encore utilisés sur des lignes internes en Russie… cette compagnie avait d’ailleurs perdu le droit de sortir de Russie en 2015 tellement sa réputation était mauvaise. L’avion a connu une défaillance technique liée au givrage de plusieurs sondes, les pilotes ayant refusé le dégivrage proposé avant le décollage… Les boites noires ont montré que le commandant de bord n’avait pas cru bon d’écouter son copilote lui indiquant une perte de contrôle de l’appareil. Le crash a fait 71 morts (dont 65 passagers) et a provoqué l’arrêt des vols des Antonov 148.

18 février 2018 : ATR-72 d’Aseman Airlines (Iran)

La transparence n’est pas vraiment le point fort des autorités aériennes losqu’il s’agit d’investigations sur des accidents aérien… plusieurs administrations s’opposent donc officiellement pour donner une raison à cet accident, accusant parfois le pilote d’avoir décollé sans dégivrage, ou portant la faute sur la compagnie qui n’assurait pas une maintenance correcte sur ses avions. L’accident a causé la mort des 59 passagers et 6 membres d’équipage.

12 mars 2018 : Q400 de Bangla Airlines (Bengladesh / Nepal)

L’accident serait principalement lié à une erreur de compréhension entre le cockpit et les contrôleurs aériens pendant la descente sur l’aéroport de Kathmandu au Népal. Le commandant de bord n’aurait pas correctement suivi les instructions reçues (confusion entre deux pistes de l’aéroport) et aurait raté le terrain, se posant 1600m après la piste. Ce pilote risquait par ailleurs la suspension après que son incompétence ait été dénoncée par plusieurs collègues. Le Népal est depuis 10 ans le des pays comptant le plus d’accidents aériens au monde. Les 67 passagers et 4 membres d’équipage sont décédés.

18 mai 2018 : Boeing 737-200 de Global Air (Cuba)

Ce crash sur un vol interne à Cuba a provoqué la mort de 112 personnes (106 passagers), avec seulement 3 survivants à bord de l’appareil. Les causes seraient multiples, avec des problèmes de pièces détachées et de maintenances mal réalisées, mais aussi par un défaut de formation des pilotes qui auraient mal géré l’angle de montée de l’avion. L’aviation aérienne cubaine avait déja interdit de vol la compagnie Global Air en 2011 en raison de l’incompétence technique de pilotes… il est malheureusement clair que le niveau des contrôles réalisés par les autorités de sécurité aérienne locales ne sont pas assez dissuasives.

29 octobre 2018 : Boeing 737-MAX de Lion Air (Indonésie)

Même si l’Indonésie vient seulement de sortir de la liste noire des compagnies aérienne, il reste encore de grosses lacunes.  Après que l’avion ait subit des défaillances lors d’un premier vol correctement gérées par l’équipage, l’appareil aurait du être cloué au sol pour vérifications… mais la compagnie a laissé l’avion repartir et les pilotes ayant repris l’avion n’ont pas été capables de réaliser les mêmes manipulations que celles réalisées par leurs prédécesseurs. Lion Air accuse néanmoins Boeing d’une mauvaise conception de l’appareil, les pilotes n’ayant pas été informés de modifications apportées sur la dernière version du Boeing 737. Il s’agit de l’accident le plus meurtrier de 2018 avec 189 morts (181 passagers). Plus d’informations sur cet accident en cliquant ici.

On pourrait ajouter à cette liste un décès en vol de croisière sur un vol Southwest (USA), et des accidents comme l’Iliouchine 76, un appareil militaire algérien transportant des familles de militaires. L’accident a causé la mort de 257 personnes en Algérie en avril dernier mais ne peut pas être comptabilisé dans le bilan de la sécurité aérienne puisqu’il ne s’agit pas d’un appareil de transport civil, n’étant pas ouvert à des passagers achetant un billet d’avion… de même, le crash d’un avion de collection de la deuxième guerre mondiale a causé 20 morts en Suisse.

Nous avons donc malheureusement 479 morts cette année dans l’aviation civile… espérons que les grands pays et leurs compagnies aériennes continueront à être exemplaires et que cette rigueur devienne la norme partout dans le monde. Il reste des compagnies suspectes lorsque l’on sort des sentiers battus, notamment pour des vols internes en Amérique latine (Cuba, Nicaragua…), en Afrique (RDC, Nigeria…) et en Asie (Népal, Papouasie, Indonésie…), mais le risque peut être considéré comme nul pour tous les vols depuis les grandes zones contrôlées. Restons néanmoins rationnels : même dans ces pays, il vaut mieux « risquer » un vol sur une compagnie aérienne suspecte plutôt que de choisir de réaliser le trajet par voie terrestre. Dans ces pays, on dépasse très souvent les 50 morts par 100.000 habitants sur les routes (plus de 10 fois plus qu’en Europe par exemple).

En 2019, voyagez donc heureux, le monde est à vous ! Et si vous avez une question sur une compagnie aérienne, n’hésitez pas à poser une question en commentaire de cet article   🙂

———

Réponse à cette question : « ces mauvais chiffres remettent-ils en cause les statistiques du moyen de transport le plus fiable ? »

Non, avec 4 millards de personnes transportées, l’avion reste très largement plus fiables que la voiture par exemple, celle ci faisant 3500 morts par jour dans le monde sur 2,6 milliards de personnes transportées en moyenne. Cela fait 0,000135% de chances de mourir d’un accident en prenant une voiture. En avion, la probabilité est plus de 10 fois inférieure : seulement 0,000012%.

À propos de Xavier Tytelman

Ancien aviateur militaire aujourd'hui consultant sur les questions aéronautiques. Responsable et formateur au Centre de Traitement de la Peur de l'Avion (www.peuravion.fr). Tel : +33667484745
Ce contenu a été publié dans Accidents et crashs, Sécurité aérienne, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à Bilan « sécurité aérienne » de l’année 2018

  1. Isa dit :

    pas très rassurant tout ça ! Quelle tristesse

  2. Bspino dit :

    Pouvez-vous me dire si la royal air maroc est une compagnie sûre ?

    • Bien sur, vous pouvez considérer qu’à partir du moment où une compagnie a le droit d’accéder à l’espace européen elle est forcément fiable. S’il y avait le moindre doute sur une compagnie les nombreuses inspections trouveraient des manquements et elle pourrait se retrouver classée sur liste noire et donc interdite de vol.

  3. Yves dit :

    Bonjour,

    je voyage bientôt pour Madère avec la compagnie Aigle Azur, qui assure un vol AR par semaine vers Funchal. J’ai lu plusieurs commentaires désobligeants envers cette compagnie, notamment qu’elle propose des voyages low-cost à un prix normal :-), mais qu’en est-il de la maintenance de ses appareils, par exemple ?

    Merci

  4. hautot christophe dit :

    Bonjour,
    Je pars le mois prochain en voyage de noces sur l’Ile Maurice avec la compagnie Air MAURITIUS.
    N’étant pas très rassuré en avion, en règle générale et vu les derniers évènements qui se sont produits sur une autre compagnie, j’aimerais avoir votre avis sur cette compagnie.

    Vous remerciant par avance

    Christophe H.

    • Bonjour, à partir du moment où un avion a le droit d’accéder à l’espèce européen, c’est que l’appareil a été contrôlé correctement et que les pilotes sont entraînés (on impose aux pilotes de certains pays de réaliser des contrôle sur simulateurs de vol en Europe pour avoir le droit de s’y poser). Si l’avion part d’Europe, vous savez donc qu’il sera totalement fiable et qu’il n’y a aucun doute. Je vous invite aussi à lire cet article : http://www.peuravion.fr/blog/2014/02/classements-de-securite-que-valent-ils-reellement/
      Pour ce qui est de Air Mauritius, la réputation de la compagnie est très bonne mais il ne s’agit là que d’une question de confort 🙂

Répondre à Bspino Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *