Problèmes de moteurs sur les Boeing 737 de Southwest : toute la flotte mondiale inspectée !

Le 20 avril dernier, l’un des moteurs d’un Boeing 737-NG de la compagnie Southwest (USA) connaissait une avarie majeure en plein vol, provoquant une dépressurisation et le décès d’un passager. L’avion a ensuite pu se poser grâce au moteur restant et sans autre dommage, en suivant les procédures prévues dans telle situation (les avions sont tous conçus pour voler sur un seul moteur).  Que s’est-il finalement passé et quelles actions concrètes ont été conduites pour avoir la certitude qu’un pareil accident ne se reproduise pas ? Continuer la lecture

Publié dans Accidents et crashs, Sécurité aérienne | Marqué avec , , , , , , | Laisser un commentaire

Que se passe-t-il si un avion traverse un orage ?

Claude Cangelosi, commandant de bord aux 20.000 heures de vol, tient à vous rassurer sur les turbulences et les orages…
Cette vidéo est extraite d’une interview plus longue que nous vous partagerons bientôt :

Publié dans Sécurité aérienne | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Dans quel cas réalise-t-on une descente d’urgence en avion et pourquoi ce sentiment de chute ?

A chaque fois que avion subit une avarie, comme ce fut hier le cas aux USA, les passagers décrivent des chutes subies par l’avion, un détail systématiquement relaté dans les médias et qui affole les gentils passagers… en réalité, l’avion ne tombe jamais, il s’agit d’une action volontaire et délibérée des pilotes pour descendre en basse altitude, mais ils n’ont malheureusement peu de temps libre pour expliquer que la situation est sous contrôle. Il existe trois raisons principales imposant aux pilotes une descente d’urgence. Continuer la lecture

Publié dans Sécurité aérienne | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Certaines parties d’un avion sont-elles moins solides ?

Lors du début de sa mise en descente, le vol A5235 de Hop / Air France entre Paris et Aurillac a subi un choc avec une pièce du panneau de train d’atterrissage, ce qui a provoqué ces dégâts visibles sur l’extérieur de l’appareil. Même si les dégâts semblent impressionnants, l’avion ne perd aucune de ses performances de vol et seul le revêtement extérieur est touché.

Pour faire simple, il y a dans l’avion des endroits plus ou moins « solides » en fonction de leur importance. Les parties de l’avion se trouvant « face au vent », comme le bord d’attaque de l’aile ou le nez de l’avion, sont ainsi renforcées pour pouvoir faire face à des impacts avec de la grêle ou des oiseaux, alors que le dessus de l’aile qui ne risque pas d’être touché n’aura pas les mêmes exigences de résistance. Continuer la lecture

Publié dans Accidents et crashs, Sécurité aérienne | Marqué avec , , | 4 commentaires

Crash de l’Antonov 148 de Saratov Airlines : les sondes pitots peuvent-elles geler ?

Le nez de l’A380 comporte des capteurs de pression, de température, de détection de glace…

Les avions ont toujours besoin d’avoir de l’air qui s’écoule sur leur aile afin de voler. Il faut donc connaître précisément la vitesse de déplacement de l’avion dans l’air afin de s’assurer de la vitesse de l’air. On calcule pour cela la différence de pression mesurée entre deux capteurs : un capteur de pression dynamique appelé « sonde pitot » (pour regarder la force du vent) et un capteur de pression statique (pour connaître la pression atmosphérique à cette altitude). Pour faire simple, imaginez que vous êtes en voiture et que vous mettez votre main à l’extérieur de la voiture : plus le vent pousse sur votre main, plus vous allez vite. Mais en altitude la densité de l’air est plus faible, et si vous roulez sur une route de montagne à 3000 m d’altitude, la force du vent pourra être jusqu’à 30% inférieure à ce que vous pourriez mesurer en plaine à la même vitesse ! On utilise donc au minimum 3 couples de capteurs de pression statique / dynamique afin d’avoir toujours une information de vitesse fiable. Continuer la lecture

Publié dans Accidents et crashs, Sécurité aérienne | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

Se renseigner sur le vol que l’on va prendre renforce l’anxiété

Il n’y a que trois situations dans lesquelles on est complètement décontracté : on est dans une sûreté absolue et on est persuadé qu’il ne passera rien (par exemple si on très habitué à un environnement), on a la capacité de s’échapper (on imagine par exemple pouvoir s’en sortir d’un accident de voiture alors que ce n’est pas le cas en avion), ou alors on est soi-même aux commandes (nombreux sont les motards ayant peur de l’avion car ils ne maîtrisent pas). C’est ce besoin de contrôle qui pousse énormément d’anxieux à se renseigner sur leur vol, sur le type de l’avion, l’historique de la compagnie, la météo aérienne… Et la personne qui a peur de l’avion espère toujours que les informations qu’elle trouvera seront rassurantes. Ce qui n’est malheureusement pas le cas. Continuer la lecture

Publié dans Centre de traitement de la peur de l'avion | 3 commentaires

Y a-t-il un risque à prendre l’avion pendant une tempête ?

Les tempêtes provoquent souvent des dégâts et des annulations de vols… Cette carte de vigilance date de la tempête de février 2014 et des vols avaient du être annulés à Brest.

Il y a quelques temps, au cours d’une vague de froid, de nombreux stagiaires s’étaient inquiétés de devoir voyager alors que des températures négatives et des chutes de neige étaient prévues (article à lire ici). La succession de tempête observée sur l’Europe depuis quelques semaines relance les craintes, notamment quant aux dangers du vent lors du décollage ou de l’atterrissage. Chaque avion possède des limites de tolérance au vent qui vont dépendre de nombreux facteurs (type de l’avion, son poids, largeur et humidité de la piste…). Quand le vent est aligné avec la piste, il n’y a aucun problème, c’est le vent de travers qui va imposer des limitations. Continuer la lecture

Publié dans Industrie aéronautique, Sécurité aérienne | Marqué avec , , , , , , , | 3 commentaires

2017 : l’année sans accident aérien !

Voici l’avion de Mitsubishi baptisé « Zéro ». Désolé je n’avais pas d’autre idée pour illustrer l’article 😉

 

Ça y est, le graal est atteint, l’objectif ultime est dépassé, le zéro absolu est une réalité : l’aviation de transport de passager n’a connu aucun accident mortel en 2017 ! En intégrant tous les avions à partir de 14 places partout dans le monde (même dans les listes noires !), on dépasse les 40 millions de vols réalisés pour 4 milliards de passagers transportés sans le moindre décès…  c’est bien sur une nouvelle année record, et celle-ci sera difficile à battre  🙂

Les seuls accidents de l’année ayant entraîné des décès concernent des appareils militaires, des avions cargo ou de loisir, et de tout petits appareils de transport privé. Pour réaliser un trajet, l’avion était déjà plus fiable que les moyens de transport comparables (voiture, train) ou classiques (ascenseur, téléphérique), mais il passe désormais devant le tapis roulant, seul façon de se déplacer qui était plus fiable que l’avion jusque là (mais reconnaissez qu’il est difficile de faire plusieurs centaines de kilomètres de cette manière). Cette performance a été rendue possible par la concordance de plusieurs facteurs : la disparition des avions de 2ème génération, l’amélioration des technologies disponibles, une maintenance toujours mieux réalisée, une meilleure application des procédures, des entraînement plus rigoureux, et ce partout dans le monde…
Continuer la lecture

Publié dans Centre de traitement de la peur de l'avion, Industrie aéronautique, Sécurité aérienne | Marqué avec , | 2 commentaires

Réveil du volcan Agung à Bali : quel risque pour les avions de ligne ?

Quels sont les effets des cendres volcaniques sur un avion ? Voilà une question relancée par l’éruption du volcan Agung proche de l’île ultra-touristique de Bali… Lorsqu’une éruption volcanique a lieu, une grande quantité de cendres est émise dans l’atmosphère jusqu’à 45 km d’altitude, soit bien au-dessus de l’altitude de croisière des avions de ligne. Lorsque le nuage se disperse et que les cendres les plus lourdes retombent, ses particules les plus fines peuvent rester en suspension dans l’air pendant des semaines mais deviennent invisibles à l’œil nu à cause de leur taille microscopique. Même si les volcans n’ont pas causé d’accident, une centaine d’avions ont subi des dégâts suite à la traversée d’un nuage de cendres depuis une quarantaine d’années, des dégâts allant de l’usure accélérée de la peinture (les cendres sont très abrasives) jusqu’à l’extinction des moteurs en plein vol.
Continuer la lecture

Publié dans Industrie aéronautique, Sécurité aérienne | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Quel est le moment le plus dangereux dans un vol en avion ?

« Quel est le moment le plus dangereux d’un vol ? » Voilà probablement LA question qui revient à chaque stage contre la peur de l’avion et à laquelle il est excessivement difficile de répondre. Avant de commencer, rappelons simplement que sur les derniers 4 milliards de voyageurs qui ont pris l’avion, AUCUN n’est mort, on est donc loin de parler d’une activité risquée… mais la peur de l’avion n’est pas rationnelle et les vieilles idées ont la vie dure. D’innombrables passagers font par exemple un décompte dans leur tête à chaque décollage et n’osent respirer pendant le décollage, attendant que l’avion arrive enfin en vol de croisière. Car une pseudo-vérité résonne toujours comme une évidence : le décollage serait la partie la plus risquée du vol. Si ce n’est que cela est faux ! Continuer la lecture

Publié dans Accidents et crashs, Industrie aéronautique, Sécurité aérienne | Marqué avec , , , , , | 7 commentaires