Est-ce qu’un avion de ligne peut planer ?

Un planeur britannique « AS 51 Horsa » tiré par un appareil à moteur. Il sera largué en haute altitude pour pouvoir planer sans bruit jusqu’à son objectif.

Voila une question qui revient très souvent… et la réponse pourrait tenir en trois lettres : oui ! Historiquement, les tout premiers avions sont d’ailleurs des planeurs que des ingénieurs ont poussé du haut de falaises pendant le 19ème siècle. Évidemment avec ces technologies on ne va pas bien loin, mais des planeurs de plus en plus grosse taille ont été développé, notamment par l’armée. Le débarquement des alliés en Europe à partir de 1942 a par exemple été l’occasion de voir des milliers de planeurs être tractés par des avions à moteur, puis largués en haute altitude à des dizaines de kilomètres de leur cible. Le but était clair : rester discret et transporter du matériel lourd ou des renforts aux parachutistes. Jusqu’à 1300 planeurs ont ainsi été largués lors de la seule opération Varsity de mars 1945, certains ayant la capacité de transporter 8 tonnes de matériel ou plusieurs dizaines de soldats. Le plus gros planeur de tous les temps, le XCG-20, atteignait même une masse maximale de plus de 30 tonnes ! Continuer la lecture

Publié dans Sécurité aérienne | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Les big data vont révolutionner la sécurité aérienne

La gamme Airbus, de l’A320 NEO (New Engine Operation) jusqu’à l’A380 à 2 étages

Ceux qui suivent ce blog savent qu’il existe 4 générations de sécurité aérienne que l’on peut résumer comme suit :
– la première génération qui a commencé avec la création des moteurs à réaction,
– les avions de 2ème génération avaient quelques automatismes très basiques,
– la 3ème génération a vu le déploiement du Flight Monitoring System donnant aux pilotes des informations sur la situation (trajectoire, consommation de carburant) ainsi que le remplacement des traditionnels cadrans par des écrans,
– la 4ème est apparue à la fin des années 80 avec la capacité des avions à refuser de se mettre dans des situations dangereuses, c’est ce qu’on appelle la protection du domaine de vol.
La sécurité continue bien sur à être améliorée à chaque sortie de nouvel appareil, mais il n’y a en réalité plus eu de rupture technologique majeure depuis presque 30 ans… Aujourd’hui, la big data pourrait être à l’origine de cette 5ème génération de sécurité aérienne ! Continuer la lecture

Publié dans Industrie aéronautique, Sécurité aérienne | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Comment les avions sont-ils assemblés ? Visite de l’usine des Boeing 737 de Seattle

Il y a quelques semaines, j’ai eu la chance d’être convié par la compagnie Transavia à la cérémonie de réception d’un nouveau Boeing 737 dans les usines de Boeing à Seattle. L’occasion de découvrir plein de petits secrets de fabrication, mais surtout de découvrir quelques secrets de fabrication et de répondre à cette éternelle question : comment peut-on construire un avion en moins de 10 jours tout en maintenant un niveau de sécurité aérienne total ? Continuer la lecture

Publié dans Industrie aéronautique, Sécurité aérienne | Marqué avec , , , , , | Laisser un commentaire

Vol en Boeing 737 expliqué et sous-titré

Claude Cangelosi a eu une magnifique carrière de pilote de ligne, avec plus de 20.000 heures de vol à son actif. Son fils Arnaud est pilote professionnel, instructeur dans le simulateur de Boeing 737 « Flight Experience » à Paris, et formateur pour le stage contre la peur de l’avion. Ils nous offrent ici un vol tous les deux, avec l’ensemble des procédures, check lists (raccourcie), décollage, remise de gaz et atterrissage… L’ensemble de la vidéo est sous-titrée afin de vous permettre de bien comprendre chaque événement ou alarme.

Il s’agit du simulateur de vol utilisé pour le stage contre la peur de l’avion de Paris, mais les stages des autres villes sont réalisés sur des simulateurs de qualité équivalente.

N’hésitez pas à poser vos questions en commentaire !

Publié dans Centre de traitement de la peur de l'avion | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Problèmes de moteurs sur les Boeing 737 de Southwest : toute la flotte mondiale inspectée !

Le 20 avril dernier, l’un des moteurs d’un Boeing 737-NG de la compagnie Southwest (USA) connaissait une avarie majeure en plein vol, provoquant une dépressurisation et le décès d’un passager. L’avion a ensuite pu se poser grâce au moteur restant et sans autre dommage, en suivant les procédures prévues dans telle situation (les avions sont tous conçus pour voler sur un seul moteur).  Que s’est-il finalement passé et quelles actions concrètes ont été conduites pour avoir la certitude qu’un pareil accident ne se reproduise pas ? Continuer la lecture

Publié dans Accidents et crashs, Sécurité aérienne | Marqué avec , , , , , , | Un commentaire

Que se passe-t-il si un avion traverse un orage ?

Claude Cangelosi, commandant de bord aux 20.000 heures de vol, tient à vous rassurer sur les turbulences et les orages…
Cette vidéo est extraite d’une interview plus longue que nous vous partagerons bientôt :

Publié dans Sécurité aérienne | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Dans quel cas réalise-t-on une descente d’urgence en avion et pourquoi ce sentiment de chute ?

A chaque fois que avion subit une avarie, comme ce fut hier le cas aux USA, les passagers décrivent des chutes subies par l’avion, un détail systématiquement relaté dans les médias et qui affole les gentils passagers… en réalité, l’avion ne tombe jamais, il s’agit d’une action volontaire et délibérée des pilotes pour descendre en basse altitude, mais ils n’ont malheureusement peu de temps libre pour expliquer que la situation est sous contrôle. Il existe trois raisons principales imposant aux pilotes une descente d’urgence. Continuer la lecture

Publié dans Sécurité aérienne | Marqué avec , , , | 6 commentaires

Certaines parties d’un avion sont-elles moins solides ?

Lors du début de sa mise en descente, le vol A5235 de Hop / Air France entre Paris et Aurillac a subi un choc avec une pièce du panneau de train d’atterrissage, ce qui a provoqué ces dégâts visibles sur l’extérieur de l’appareil. Même si les dégâts semblent impressionnants, l’avion ne perd aucune de ses performances de vol et seul le revêtement extérieur est touché.

Pour faire simple, il y a dans l’avion des endroits plus ou moins « solides » en fonction de leur importance. Les parties de l’avion se trouvant « face au vent », comme le bord d’attaque de l’aile ou le nez de l’avion, sont ainsi renforcées pour pouvoir faire face à des impacts avec de la grêle ou des oiseaux, alors que le dessus de l’aile qui ne risque pas d’être touché n’aura pas les mêmes exigences de résistance. Continuer la lecture

Publié dans Accidents et crashs, Sécurité aérienne | Marqué avec , , | 4 commentaires

Crash de l’Antonov 148 de Saratov Airlines : les sondes pitots peuvent-elles geler ?

Le nez de l’A380 comporte des capteurs de pression, de température, de détection de glace…

Les avions ont toujours besoin d’avoir de l’air qui s’écoule sur leur aile afin de voler. Il faut donc connaître précisément la vitesse de déplacement de l’avion dans l’air afin de s’assurer de la vitesse de l’air. On calcule pour cela la différence de pression mesurée entre deux capteurs : un capteur de pression dynamique appelé « sonde pitot » (pour regarder la force du vent) et un capteur de pression statique (pour connaître la pression atmosphérique à cette altitude). Pour faire simple, imaginez que vous êtes en voiture et que vous mettez votre main à l’extérieur de la voiture : plus le vent pousse sur votre main, plus vous allez vite. Mais en altitude la densité de l’air est plus faible, et si vous roulez sur une route de montagne à 3000 m d’altitude, la force du vent pourra être jusqu’à 30% inférieure à ce que vous pourriez mesurer en plaine à la même vitesse ! On utilise donc au minimum 3 couples de capteurs de pression statique / dynamique afin d’avoir toujours une information de vitesse fiable. Continuer la lecture

Publié dans Accidents et crashs, Sécurité aérienne | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

Se renseigner sur le vol que l’on va prendre renforce l’anxiété

Il n’y a que trois situations dans lesquelles on est complètement décontracté : on est dans une sûreté absolue et on est persuadé qu’il ne passera rien (par exemple si on très habitué à un environnement), on a la capacité de s’échapper (on imagine par exemple pouvoir s’en sortir d’un accident de voiture alors que ce n’est pas le cas en avion), ou alors on est soi-même aux commandes (nombreux sont les motards ayant peur de l’avion car ils ne maîtrisent pas). C’est ce besoin de contrôle qui pousse énormément d’anxieux à se renseigner sur leur vol, sur le type de l’avion, l’historique de la compagnie, la météo aérienne… Et la personne qui a peur de l’avion espère toujours que les informations qu’elle trouvera seront rassurantes. Ce qui n’est malheureusement pas le cas. Continuer la lecture

Publié dans Centre de traitement de la peur de l'avion | 3 commentaires