Boeing 737 MAX : que se passe-t-il dans le cockpit quand le MCAS s’active et quelles corrections de Boeing ?

Nous avons reçu de nombreuses questions suite aux derniers accidents du Boeing 737MAX, rien ne vaut donc une démonstration grandeur nature pour expliquer le fonctionnement du MCAS… Voici donc une petite séance de simulateur de vol réalisée dans le cockpit d’un Boeing 737 NG. L’avion ne possède pas les systèmes de protection incriminés du 737 MAX, mais il est possible de simuler l’activation de ce système de protection :

Continuer la lecture

Publié dans Accidents et crashs, Decryptage médias, Industrie aéronautique, Sécurité aérienne | Marqué avec , , , , , | Laisser un commentaire

Comment retrouver la confiance dans le Boeing 737MAX et dans les avions neufs ?

Deux philosophies de pilotage opposent diamétralement Airbus et Boeing. Depuis le lancement de l’A320, tous les Airbus possèdent une protection de leur domaine de vol, c’est-à-dire que l’avion va refuser certaines manœuvres dangereuses que le pilote pourrait demander, comme par exemple des virages trop inclinés, une incidence trop élevée ou une vitesse trop lente. Ce procédé a permis d’éviter des accidents ou de rattraper des situations très difficiles: lors de l’amerrissage sur le fleuve Hudson, le système de protection du domaine de vol a refusé des ordres trop à cabrer émis par le pilote qui auraient par deux fois conduit à un décrochage. Les pilotes d’Airbus savent donc que l’avion peut, pour le bien de tous, refuser certains ordres. Mais les pilotes savent aussi qu’en cas de panne de ce système de protection, il se pourrait que l’appareil agisse de manière inappropriée. C’est ce qui est par exemple arrivé en 2012 sur un A330 d’Eva Air : l’appareil s’est mis en descente suite à un dysfonctionnement des sondes, et les pilotes ont donc déconnecté les ordinateurs pour reprendre leur appareil « en loi directe », c’est-à-dire en déconnectant tout calculateur qui pourrait se trouver entre leurs ordres sur le manche et les mouvements des gouvernes de l’avion. Continuer la lecture

Publié dans Accidents et crashs, Industrie aéronautique, Sécurité aérienne | Marqué avec , , , , , | Laisser un commentaire

Quel avenir pour le Boeing 737MAX après son interdiction de vol et quel coût pour Boeing

Le 737 MAX est le dernier né de la famille Boeing… L’appareil a connu le meilleur lancement commercial de l’histoire de l’avionneur.

Même si les raisons des deux accidents qu’a rencontré le dernier né de la famille des Boeing 737 ne sont pas encore officiellement les mêmes (un système de protection appelé MCAS qui se serait déclenché de manière inopportune), les suspicions sont suffisamment fortes pour que de nombreuses autorités de sécurité aérienne clouent au sol la flotte de MAX. Vous avez déja la certitude que vous ne volerez pas sur 737MAX puisque la flotte n’a plus le droit de décoller et l’Amérique du Nord reste pour l’heure la seule zone dans laquelle l’avion peut continuer à voler, la FAA estimant que les recommandations émises après le crash de Lion Air en octobre 2018 doivent permettre de ne plus rencontrer d’accident jusqu’à la mise à jour de l’avion qui doit arriver avant la fin du mois de mars. Les 737 MAX pourront reprendre leurs vols si l’enquête montre accident de l’Ethiopian n’est pas du au MCAS, ou dès que des corrections suffisantes auront été appliquées. Et les USA pourraient réviser leur décision si trop de passagers refusent d’embarquer dans l’appareil, ou si le Donald Trump ordonne l’interdiction de vol de l’avion, ce qu’il a apparemment le droit de faire… Continuer la lecture

Publié dans Accidents et crashs, Industrie aéronautique | Marqué avec , , , | 4 commentaires

Disparition du MH370 : les incroyables ratés de l’enquête

Après cinq années d’efforts conjugués des enquêteurs mandatés et de milliers de bénévoles passionnés et malgré les 200 millions de dollars investis dans des recherchés sous marines, la disparition du vol MH370 de la Malaysia Airlines reste un mystère. Toutes les pistes ont été investiguées et le rapport final publié en 2018 conclut qu’il est impossible de définir si l’avion a subi des avaries ou un détournement. A moins qu’un nouvel élément probant n’apporte une indication sur une nouvelle zone de recherche, rien ne permet d’espérer que l’on retrouve un jour l’avion. Le calvaire continue donc pour les proches des victimes en quête de réponses, d’autant que l’enquête est tout sauf exemplaire… Voici une liste non exhaustive des erreurs relevées au cours de ces cinq années. Continuer la lecture

Publié dans Accidents et crashs, Decryptage médias, Sécurité aérienne | Marqué avec , , , | 3 commentaires

Un avion peut-il tomber de 700 mètres à cause d’une turbulence comme évoqué sur internet ?

Le 13 février dernier, le vol de la compagnie low cost française Transavia entre Lyon et Tel Aviv a rencontré des turbulences en air clair (donc non prévisibles) et quelques passagers non attachés ou debout au moment des faits se sont blessés (des chocs à la tête et aux membres principalement). Les faits ne sont d’aucune gravité, des médecins présents à bord ont vérifié que les personnes tombées n’étaient pas en danger et l’avion a donc continué son trajet jusqu’à destination sans devoir se dérouter, comme cela peut être le cas sur une réelle urgence médicale. Continuer la lecture

Publié dans Decryptage médias, Sécurité aérienne | Marqué avec , , , | 14 commentaires

Bientôt moins de turbulences en vol grâce à la transformation digitale !

Même si les turbulences ne présentent aucun risque pour les avions de ligne aujourd’hui en circulation, ce phénomène continue d’être le plus redouté des personnes souffrant de la peur de l’avion… Certains types de turbulences sont prévisibles (s’il y en a par exemple dans les vents d’altitude que les avions empruntent), d’autres sont détectables en temps réel grâce au radar météo ou à l’œil nu (c’est le cas des nuages), mais certaines turbulences demeurent imprévisible. Puisqu’il n’est pas possible de les prévoir et donc de les éviter, ils peuvent représenter un désagrément pour les passagers, une gêne pour l’organisation du vol (la distribution des repas par exemple), voire un risque pour la sécurité des passagers qui pourraient tomber s’ils ne sont pas assis lors des turbulences. Jusqu’à présent, le premier avion qui rencontrait ce type de phénomène en informait simplement la tour de contrôle qui devait alors transmettre l’annonce à chacun des vols devant passer par la même zone… Mais cette procédure de « pilot report » était lourde, fastidieuse et peu précise. Continuer la lecture

Publié dans Centre de traitement de la peur de l'avion, Industrie aéronautique, Sécurité aérienne | Marqué avec , , , , | 2 commentaires

Bilan « sécurité aérienne » de l’année 2018

L’année 2018 n’aura malheureusement pas tenu toutes les promesses des excellents résultats de l’année 2017 puisqu’aucun passager d’un avion de transport aérien n’était alors décédé… mais plusieurs accidents très médiatisés ont eu lieu cette année, et l’on note en particulier un retour des accidents « liste noire », c’est à dire des accidents liés à un environnement aéronautique manquant de rigueur et de professionnalisme. Ce sont alors systématiquement des vols internes à des pays douteux qui sont en cause. On ne dénombre ainsi aucun accident aérien dans les pays occidentaux et ceux alignés sur ces standards (Moyen-Orient et Maghreb, Asie continentale…). Voici la liste de ces crash et leurs raisons : Continuer la lecture

Publié dans Accidents et crashs, Sécurité aérienne | Marqué avec , , , , , , , , , | 6 commentaires

Survol de l’aéroport de Gatwick par des drones : quel risque en cas de collision ?

Le survol de l’aéroport de Londres Gatwick par deux drones a entrainé la fermeture totale de l’aéroport pendant plusieurs heures et la perturbation des voyages de plus de 120.000 personnes. Les médias se sont beaucoup emballés sur cet épisode et ont largement surévalué le risque que représente les drones alors que les études sérieuses menées sont rassurantes.

Faisons le point sur l’Etat de la recherche. Continuer la lecture

Publié dans Decryptage médias, Industrie aéronautique, Sécurité aérienne | Marqué avec , , , , , | Un commentaire

Crash du Boeing 737 MAX de Lion Air : Boeing sur le banc des accusés ?

Le 737 MAX est le dernier né de la famille Boeing… L’appareil a connu le meilleur lancement commercial de l’histoire de l’avionneur.

Pour la première fois, la dernière version du Boeing 737 a subi un accident. Il s’agit d’un Boeing 737 MAX-8 de la compagnie indonésienne Lion Air, un appareil tout neuf puisqu’il était sorti d’usine seulement deux mois auparavant. Ce crash a d’abord été difficile à comprendre, mais Boeing a du avouer sa faute : contrairement à ce qui avait été annoncé, le Boeing 737 MAX n’a pas exactement les mêmes fonctionnalités que le 737 NG (la plus récente version jusqu’alors commercialisée).

Rappelons d’abord une différence majeure entre les avions Airbus et Boeing. Chez Airbus, l’avion refuse totalement que le pilote ne fasse des choses dangereuses : impossible par exemple de faire un virage trop incliné, de dépasser un certain facteur de charge ou de voler trop lentement… L’avion se remet à plat, il refuse de dépasser ses limites et peut même se mettre en descente tout seul pour maintenir une certaine vitesse : cela s’appelle « la protection du domaine de vol ». Continuer la lecture

Publié dans Accidents et crashs | Marqué avec , , , , , , , , | 15 commentaires

Quelles sont les missions des pompiers sur un aéroport ? Visite du détachement de l’aéroport de Paris CdG

Certains équipements sont très spécifiques aux aéroports, avec des escaliers mobiles permettant un accès direct aux étages d’un avion

Vous les avez déja peut-être vus en action lors d’incidents médiatisés : les pompiers sont très présents dans le monde de l’aéronautique. Les services de sauvetage et de lutte contre l’incendie des aéronefs (ou SSLIA) sont obligatoirement présents sur les aéroports du monde, avec des moyens croissantes avec la taille et l’activité du site. Tous les aéroports recevant des avions de ligne doivent obligatoirement compter une équipe de pompiers capables d’intervenir à l’endroit le plus éloigné de la piste en moins de 3 minutes après le déclenchement de l’alerte ! Quand je me suis crashé en 2007 sur l’aéroport de Lorient (je volais alors dans l’armée sur l’avion de patrouille maritime Atlantique 2), les pompiers arrivaient vers nous au moment où nous ouvrions les sorties de secours : l’alerte avait été lancée par les contrôleurs aériens avant même la sortie de piste de notre avion. Continuer la lecture

Publié dans Industrie aéronautique, Sécurité aérienne | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire