Des billets moins chers pour une sécurité au rabais ?

La compagnie Low Cost Air Asia croît à une vitesse incroyable en Asie. Ses tarifs abordables sont-ils signe d'un manque de fiabilité ?

La compagnie Low Cost Air Asia croît à une vitesse incroyable en Asie. Ses tarifs abordables sont-ils signe d’un manque de fiabilité ?

D’après une étude du Cabinet Raffour Interactif, « 53% des Français qui ont pris l’avion au cours de ces 3 dernières années ont le sentiment qu’il existe une différence du point de vue de la sécurité en vol entre les compagnies low-cost et les compagnies classiques« , une proportion certainement encore plus élevée chez les anxieux de l’avion. Lorsqu’un phobique choisit son billet, parmi les paramètres entrant en compte, il y a le prix. Mais pas pour avoir de tarifs abordables, non… il veut un tarif élevé, car un prix élevé serait synonyme de sécurité. Le système bien huilé des low cost ou des compagnie du Golfe serait donc le signe que les avions sont moins bien entretenus et les pilotes moins formés ? Que nenni bien évidemment. Pour expliquer ces différences de tarifs, on peut différencier deux marchés différents pour répondre à cette question : les vols moyen courrier (des vols d’une portée de moins de 4 ou 5h…), et les long-courriers (vols intercontinentaux…).

1)      Les vols moyen courrier

C’est pour cette catégorie de voyages que les différences de tarifs sont les plus marquées, surtout avec le développement accéléré des compagnies à bas coûts. Plusieurs postes d’économie sont aisément identifiables entre une compagnie classique (Air France, Lufthansa…) et une low cost (Easyjet, Ryanair, Wizz Air…).

Chez les low cost, nous aurons des sièges plus resserrés et pas de classe business pour faire rentrer plus de passagers, pas de magazines gratuits, de programme de fidélité ou de repas inclus, et toutes les options sont payantes, comme le bagage de soute ou le choix du siège. De la même manière, le nombre de membres de l’équipage de cabine est réduit au minimum réglementaire, et les hôtesses sont souvent payées un peu plus que le SMIC à quoi elles ajoutent une commission sur les ventes réalisées… Autant dire que face à un passager anxieux, elles préféreront parfois retourner vendre des hot-dogs plutôt que de tenter de vous rassurer ! Si vous avez besoin de vous sentir à votre aise et soutenu, vous sentirez réellement la différence.

D’autres domaines d’économies ? L’utilisation de la flotte est optimisée, les avions et les équipages volent plus (toujours dans le respect des réglementations), les avions transportent moins de bagages (moins de poids à transporter donc moins de carburant, mais également moins de main d’œuvre au sol), les aéroports utilisés sont parfois plus éloignés (partir de Beauvais au lieu de Paris permet d’économiser jusqu’à 100€ de taxes d’aéroport vers une même destination !), les équipages ont des salaires souvent plus faibles et sont salariés dans des pays aux charges salariales très réduites par rapport à la France …

2)      Les vols long-courriers

Un A330 de Lufthansa décolle de Dusseldorf. Les longs courriers enropéens sont en concurrence avec les nouveaux venus de la péninsule arabe.

Un A330 de Lufthansa décolle de Dusseldorf. Les longs courriers européens sont en concurrence avec les nouveaux venus de la péninsule arabe.

Plusieurs paramètres vont faire toute la différence. Lorsqu’un trajet est coupé par une escale, la consommation de pétrole est réduite, et elle l’est encore plus si l’escale se trouve au milieu du trajet. Pour un vol vers l’Asie ou l’Afrique, les compagnies du Golfe (Emirates, Etihad et Qatar Airways) sont donc idéalement positionnées. Accessoirement, le pétrole est quasiment gratuit dans ces contrées alors qu’il représente 30% des frais pour les compagnies européennes. Il en va de même pour les taxes aéroportuaires (le prix du stationnement de l’avion) : Air France a par exemple calculé que si ces tarifs étaient appliqués à Paris, elle pourrait économiser 400 millions d’euros par an ! Idem pour les salaires : ils sont équivalents à ce que l’on trouve en Europe (2000 à 3000€ pour une hôtesse, 5000 à 9000€ pour les pilotes), mais il n’y a ensuite aucune charge sociale… Le coût social et humain est également à prendre en considération : les hôtesses sont obligées d’habiter dans des résidences surveillées, les visites leur sont interdites, le concubinage illégal et si une hôtesse a le malheur de tomber enceinte dans les 3 premières années après la signature du contrat, elle est simplement licenciée.

Tous ces arrangements entrainent des économies considérables qui se ressentent dans deux domaines : les compagnies du Golfe peuvent se payer les avions les plus modernes et offrir un confort très supérieur aux standards habituels, même en classe économie. Plus confortables et moins chères, il est donc logique d’avoir envie de les choisir.

Et la sécurité ?

Et la sécurité dans tout ça ? Et bien elle peut être considérée comme équivalente dans toutes les compagnies ayant le droit de toucher le sol européen. Les avions sont maintenus selon des calendriers fixes établis par Airbus et Boeing eux-mêmes. Au moindre écart, la compagnie peut se retrouver sur la liste noire des compagnies aériennes, et donc être interdite en Europe. Ryanair oserait-elle risquer la liste noire, et donc la faillite, pour avoir voulu reporter un contrôle de quelques jours ? Avec des contrôles aléatoires d’une fréquence élevée et d’une rigueur absolue, avec des techniques de suivi technique des avions qui ne permettent pas de cacher le moindre écart, vous pouvez considérer que tout avion qui décolle ou atterrit en Europe répond aux exigences les plus draconiennes de fiabilité et de maintenance. Pour faire simple, depuis la mise en place de la liste noire en Europe en 2005, plus aucun accident ne peut être imputé à un défaut de maintenance ! D’ailleurs cela fait plus de 4 ans qu’il n’y a pas eu le moindre accident mortel en avion sur notre continent malgré les 3 milliards de passagers transportés sur cette période…

Conclusion :

Vous l’aurez compris, le tarif élevé d’un billet n’est pas un signe de sécurité accrue. Tout ce qui doit compter pour vous si vous n’êtes pas à l’aise en vol, c’est votre confort. Sur les vols courts, des tarifs faibles impliqueront souvent un confort minime. Sur les vols longs courriers, Air France proposera davantage de vols direct, des sièges certes un peu moins confortables mais des hôtesses qui parlent français et savent en général gérer l’anxiété de leurs passagers… mais les tarifs sont alors plus élevés. On ne peut pas tout avoir, que voulez-vous !

 

À propos de Xavier Tytelman

Ancien aviateur militaire aujourd'hui consultant sur les questions aéronautiques. Responsable et formateur au Centre de Traitement de la Peur de l'Avion (www.peuravion.fr). Tel : +33667484745
Ce contenu a été publié dans Industrie aéronautique, Non classé, Sécurité aérienne, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Des billets moins chers pour une sécurité au rabais ?

  1. newsoftpclab dit :

    Le seul petit problème est celui de la sécurité informatique.Sur easyjet il y a eu récement une fuite de données sur les salariés. C’est un peu stressant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *