Comment un pilote gère-t-il une dépressurisation ?

"Si les masques à oxygène se déploient, enfilez-les et respirez normalement..." - Mais que se passe-t-il réellement en cas de dépressurisation ?Image extraite de la vidéo de sécurité Air New Zealand

« Si les masques à oxygène se déploient, enfilez-les et respirez normalement… » – Mais que se passe-t-il réellement en cas de dépressurisation ?
Image extraite de la vidéo de sécurité Air New Zealand

Pour un avion, il est très avantageux de voler haut : moins de collisions avec des oiseaux, une meilleure portée s’il fallait planer, mais aussi moins d’air qui nous freine, ce qui permet de voler plus rapidement tout en consommant moins de carburant. Les avions volent donc entre 10 et 13.000 m d’altitude en vol de croisière, ce qui correspond à un ratio altitude / performance optimal. Mais à cette altitude, l’air est très froid (-56°C !) et il tellement peu dense qu’un humain s’évanouirait en une dizaine de secondes s’il devait le respirer… On fait donc en sorte de maintenir une pression atmosphérique vivable dans la cabine, et des masques à oxygène sont disponibles en cas de dépressurisation. Mais outre la tombée de ces masques (qui font peur, oui je sais), que se passe-t-il dans le cockpit dans ce cas ? Et quels sont les risques pour l’avion et ses passagers ?

Tous les avions qui volent au-delà de 3000m d’altitude doivent être pressurisés pour que l’air y soit respirable sans effort, c’est-à-dire que l’air ambiant est d’une densité égale à ce que l’on rencontre au sol lorsque l’on se trouve en moyenne montagne, même si l’on vole beaucoup plus haut. L’air provient de l’extérieur de l’avion, il est réchauffé et compressé, et plusieurs systèmes complémentaires permettent de maintenir ce niveau de confort et de sécurité.

Sur un Airbus A320, on compte 2 systèmes de contrôle de la pression de la cabine (les CPC), une vanne de décharge (ou outflow valve) équipée de trois moteurs électriques dont le fonctionnement est totalement indépendant (2 automatiques et 1 manuel), puis encore deux valves de sécurité. Au cours des différentes étapes d’un vol, le système va travailler automatiquement pour réduire les évolutions de pressions trop brutales. Dans le pire des cas, l’évolution de la pression atmosphérique correspond à ce que l’on vit quand on se trouve au ski et que l’on utilise un télésiège : elle baisse comme si l’on s’élevait à environ 160 mètres par minute.

L'outflow Valve se trouve à l'arrière de l'avion sous sa queue, c'est par là que l'air sort de l'avion

L’outflow Valve (ici sur un Boeing 737) se trouve à l’arrière de l’avion sous sa queue, c’est par là que l’air sort de l’avion. Merci à @lustucrew pour la photo

Il existe deux modes de fonctionnement alternatifs au cas où tout en fonctionne pas correctement. Le premier doit être utilisé si l’un des calculateurs ou qu’un des ordinateurs ne fonctionne pas. Les pilotes devront simplement indiquer à la main l’altitude réelle de l’aéroport de destination et le système fait les calcules normalement, c’est le mode semi-automatique. Il existe enfin un mode manuel, le plus dégradé, dans lequel le pilote doit définir lui-même l’altitude que l’on va ressentir en cabine. Dans ce mode, le régulateur utilise un circuit de secours possédant sa propre alimentation électrique et c’est le moteur manuel de l’outflow valve qui est actionné. Un capteur de pression surveille alors l’altitude ressentie dans la cabine, et si elle devient trop élevée une alarme retentit dans le cockpit.

Extrait du briefing de sécurité Air France sur la mise en place du masque

Extrait du briefing de sécurité Air France sur la mise en place du masque

Très concrètement, si la pression n’est pas correctement contrôlée et que le « ressenti cabine » dépasse ce que l’on vivrait au sol à 2874 mètres d’altitude, l’alarme « EXCESS CAB ALT » se déclenche dans le cockpit. Si la pression cabine continue à diminuer et atteint 3400 mètres, le signal « attachez vos ceintures » s’allume, invitant les passagers à s’asseoir… en effet, si le ressenti continue à baisser au delà de 4214 mètres, les masques à oxygène vont automatiquement se déployer, et il faut être à sa place pour y avoir accès (il y a 4 masques par rangée de 3 sièges et également des masques dans les toilettes, à quoi on ajoute des bonbonnes portables que les PNC pourront utiliser pour se déplacer si nécessaire). Dans ce cas, une procédure d’urgence s’applique : les pilotes se mettent en descente pour revenir à moins de 4000 mètres d’altitude. A ce niveau, l’air extérieur est respirable, il n’y a donc plus de soucis même si l’on est dépressurisé et les occupants de l’avion peuvent arrêter d’utiliser le masque à oxygène. Si par hasard un passager n’a pas mis son masque à oxygène et qu’il s’est évanoui, il se réveillera à cette altitude.

Sur les vieux avions comme cet Airbus A310, la pression était contrôlée via des cadrans... peu d'informatique, pas de détecteur perfectionné ni d'alarme dans le cockpit...Merci à @Lustucrew pour cette photo

Sur les vieux avions comme cet Airbus A310, la pression était contrôlée via des cadrans… peu d’informatique, pas de détecteur perfectionné ni d’alarme dans le cockpit…
Merci à @Lustucrew pour cette photo

Sur l’année 2016, j’ai répertorié 21 cas de dépressurisation nécessitant un atterrissage. Dans la majorité des cas, le dysfonctionnement est détecté pendant la montée car l’appareil ne se pressurise par correctement. L’avion ne pouvant accéder à son altitude de croisière sans être pressurisé, les pilotes retournent simplement se poser sur l’aéroport de départ.
Dans une dizaine de cas, la baisse de pression est détectée pendant le vol de croisière, les masques se déploient et les pilotes se mettent en descente rapide. Parmi ces cas, une seule dépressurisation a été rapide, toutes les autres étaient lentes et sans conséquences médicale. Il faut être clair sur un point : la dépressurisation n’a jamais tué un passager. On est donc très loin de la vision que l’on observe dans les films catastrophe…

Les masques sont tombés sans raison dans cet A380... Les pilotes ont choisi de se poser pour tout ranger, mais l'appareil aurait pu continuer son trajet sans problème. Photo "Up in the sky/Bart Dorreboom"

Les masques sont tombés sans raison dans cet A380… Les pilotes ont choisi de se poser pour tout ranger, mais l’appareil aurait pu continuer son trajet sans problème.
Photo « Up in the sky/Bart Dorreboom »

Dans six autre cas, le soucis de pressurisation a eu lieu en vol de croisière mais il a pu être géré par l’équipage, ce qui n’a pas empêché l’avion de réaliser son trajet. Cela est parfois du à une fausse alerte, mais en cas de doute les pilotes réalisent toujours les procédures d’urgence, avec parfois un déploiement des masques par simple précaution. Dans ces cas, les pilotes finissent souvent le voyage à basse altitude sans même que cela ne soit remarqué par les passagers. Si la dépressurisation devient réelle, il n’y aura aucune conséquence puisque l’on se trouve déja à basse altitude. Dans cinq dernier cas, les masques à oxygène se sont déclenchés sans aucune raison ni action des pilotes ni alerte de pressurisation dans le cockpit… Panique chez les passagers mais rien d’inquiétant pour l’équipage : ce n’est qu’une erreur.

La dépressurisation fait souvent peur car elle fait partie du briefing de sécurité et que toute une mythologie l’entoure… Si l’on évoque un sujet dans le briefing, c’est que la probabilité que cela arrive n’est pas nulle, et de nombreuses théories entourent ces fameux masques (certains croient même qu’ils contiennent du gaz hilarant !). Dans les films, la tombée des masques est l’étape qui précède un accident, mais cela n’est heureusement pas le cas. Continuez à voyager et à suivre les briefing de sécurité, mais restez toujours rationnels sur cette réalité : même si vous faites partie des 0,00005% de vols qui rencontrent un problème de pressurisation, les pilotes sont entraînés pour réagir et gérer la situation.

À propos de Xavier Tytelman

Ancien aviateur militaire aujourd'hui consultant sur les questions aéronautiques. Responsable et formateur au Centre de Traitement de la Peur de l'Avion (www.peuravion.fr). Tel : +33667484745
Ce contenu a été publié dans Sécurité aérienne, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

21 réponses à Comment un pilote gère-t-il une dépressurisation ?

  1. Françoise dit :

    Merci pour cet article. Ce sujet n’avait pas été abordé lors de mon stage. J’avais toujours une appréhension que cela arrive lors de la démo de sécurité, en me demandant ce qui se passerait. Je serai dorénavant plus sereine.

  2. ginisty dit :

    Bonjour,
    merci pour cet article . Une question supplémentaire Quand il y a dépréssurisation en cabine , elle peut aussi s’operer dans le cockpit ? comment les pilotes gérent ils du coup ?
    merci

    • Xavier dit :

      L’ensemble de l’avion est pressurisé de la même manière, et les pilotes disposent directement devant eux de « speed doning masks », des masques à oxygène que l’on enfile en moins de deux secondes et qui délivrent directement de l’oxygène pur. Le masque est fait pour pouvoir s’enfiler et être placé avec une seule main.
      Au plaisir d’avoir de vos nouvelles Valérie !

  3. Baade152 dit :

    Pour compléter les explications de Xavier :

    – le masque dont disposent les pilotes sert à leur donner de l’oxygène en cas de dépressurisation mais aussi à les protéger en cas de fumée. En haute altitude, ce masque délivre de l’oxygène pur, mais au fur et à mesure que l’avion descend en urgence, le taux d’oxygène délivré diminue car c’est un mélange d’air et d’oxygène. En basse altitude, il n’ y a même plus d’oxygène. Ce masque comporte donc aussi des lunettes.

    – pour les petits masques jaunes des passagers, ne pas oublier de tirer dessus comme expliqué dans les démonstrations faites par les hotesses et stewards et que personne n’écoute guère…Le fait de tirer sur le tuyau déclenche la fabrication d’oxygène par réaction chimique dans des petits cylindres au dessus des sièges passagers. Cette réaction chimique déclenche beaucoup de chaleur et un peu de fumée ce qui peut inquiéter les passagers déjà un peu inquiets.

  4. Laetitia dit :

    Bonjour et merci pour votre article!

    La dépressurisation est ma peur principale en avion. Je n’ai pas peur des turbulences, des bruits, etc… Mais je suis complètement tétanisée à l’idée d’une dépressurisation de la cabine, même lente. Je ne pense même pas au pire, mais je redoute le fait d’hypotétiques douleurs aux tympans (voir d’un éclatement des tympans) dans le cas ou cela arriverait. Durant le décollage, j’hyperventile toujours car je panique en ayant l’impression de ne pas avoir d’air et en me demandant si les pilotes ont bien mis la préssurisation sur « auto » (reminiscences du crash d’Helios Airways). Cette peur me rend malade et je dois prendre une dose massive de calmants avant chaque vol, histoire d’être complètement « shootée » car sinon, je me retrouverai recroquevillée en train de crier sur le sol de l’avion!
    J’ai essayé de trouver d’autres personnes ainsi terrorisées par l’idée d’une préssurisation défectueuse, mais je vois que ce n’est pas le sujet principal des peurs de la majorité des gens.

    Que pourriez-vous me dire au sujet de la fréquence de dépressurisations que les passagers ont le temps de sentir au niveau des oreilles ou de l’oxygène? Je prend demain une compagnie qui a déjà connu un incident similaire ces dernières années et je suis terrorisée.

    Merci de m’avoir lue!

    Laetitia

    • Xavier dit :

      Bonjour Laetitia,
      Je ne sais pas si cela vous rassurera, mais la peur de la dépressurisation est excessivement fréquente puisque c’est un élément qui est toujours présenté dans les films catastrophe… Il y a deux types de personnes ayant peur de la dépressurisation :
      – ceux qui ont peur d’avoir l’impression d’étouffer,
      – ceux qui ont peur d’avoir mal aux oreilles.
      Alors vous avez pu le voir dans l’article, les cas sont excessivement rares et sans gravité, dans le pire des cas les voyageurs peuvent souffrir d’une otite barotraumatique à cause de la descente rapide. C’est une otite classique et à ma connaissance il n’y a pas de percement de tympan dans ce cas (alors qu’une descente sous l’eau à 6m de profondeur peut percer un tympan, j’en ai été témoin pendant un stage de survie en mer dans la Marine Nationale !).
      Niveau manque d’oxygène, sur les cas étudiés il n’y a eu aucun évanouissement. Les personnes qui ont l’occasion de tester les chambres à décompression disent ne rien ressentir : la baisse de pression rend simplement euphorique puis endort, il n’y a pas de douleur ni de sensation désagréable.

      Pour ce qui est de vos sensations, vous avez justement le sentiment d’étouffer car vous hyperventilez, ce n’est pas le contraire. Respirez normalement et calmement, il y a largement assez d’air pour tous dans l’avion, et l’air est renouvelé très rapidement à bord…
      Voyagez bien et soyez sure d’une chose : vos vols se passeront bien et la peur n’est révélatrice d’aucune avarie… C’est simplement vous qui avez irrationnellement peur de l’avion 🙂

  5. Laetitia dit :

    Bonjour Xavier,

    Merci beaucoup pour votre réponse! 🙂

    Je reviens justement de mes deux vols qui se sont bien passés. Les calmants ont été nécessaires, mais pas de problème au niveau de la pressurisation bien heureusement!

    Cela me rassure de ne pas être la seule à avoir peur de ces scénarios. Souvent, les proches à qui j’en parle n’ont pas conscience de ce système qui permet de respirer à haute altitude.

    Si j’osais vous poser une dernière question, idée de me rassurer lors de mes prochains vols : la vérification du réglage de la préssurisation et des valves fait-elle toujours partie intégrante du check-list de pré-décollage? J’imagine que oui, mais ces données sont-elles toujours minutieusement vérifiées avant chaque vol? À chaque fois, je meurs d’envie d’aller demander au pilote s’il est bien sûr que tous les réglages sont OK… Mais c’est bien entendu impossible 😉 !

    Merci en tout cas de votre réponse une fois de plus. J’aime beaucoup le monde de l’aéronautique, mais la peur de cette pressurisation est toujours mon ombre au tableau!

    Belle journée à vous,

    Laetitia

    • Xavier dit :

      Les vols se passent heureusement comme prévu, pas comme on peut le craindre 😉
      Oui, la pressurisation est bien sure vérifiée avant chaque vol, mais ne croyez pas qu’un défaut de pressurisation puisse passer inaperçu ou qu’il pose des problèmes dès le début du vol. Arrivé à 3000m d’altitude (une altitude à laquelle on fait du ski), si l’avion ne se pressurise pas correctement les pilotes vont interrompre leur montée. Sur un trajet court ils peuvent dans certaines conditions réaliser le vol en basse altitude dans ces conditions (on respire l’air pressurisé à 3000m d’altitude), soit ils vont redescendre se poser.
      Bons prochains vols, et vous verrez que sans calmants vous auriez tout aussi bien géré la situation ! (le médicament réduit l’activité fonctionnelle du cortex, le cerveau rationnel…)

  6. Rym dit :

    étant étudiante en aéronautique je prépare un mémoire sur l’élaboration des escapes routes en cas de dépressurisation au dessus des zones montagneuse , j’aimerais avoir quelques informations pratique là dessus .
    Par exemple , combien de temps pour que les masques tombent ? toutes informations me sera bonne a prendre . merci en avance

    • Bonjour,
      Il n’y a pas de route de dégagement spécifique au cas de la dépressurisation. Quand j’étais dans l’aviation navale j’étais notamment chargé de définir les terrains de dégagement en fonction de notre position, des aéroports disponibles et du vent… En gros on dessine la ligne médiane entre deux aéropots, et l’endroit où les lignes médianes se retrouvent s’appelle la patte d’oie. Si un problème survient en vol, on voir ainsi très rapidement de quel côté de la patte d’oie on se trouve, et donc vers quel terrain s’orienter. On pouvait préparer cela au sol avant de partir, mais une fois en vol on devait ajouter un vecteur vent qui déplaçait la patte d’oie.

      Pour ce qui est des masques, ils doivent tomber automatiquement en à peine une seconde, c’est vraiment instantané. Dans le cockpit les masques sont déja en place il suffit de s’en saisir.

      Bon courage pour le mémoire !

  7. Lauriane dit :

    Bonjour,

    L’année passée, j’ai été passagère d’un vol qui a souffert d’une dépressurisation, et nous avons du utiliser les masques à oxygène. Comme nous étions presque arrivés à destination lorsque cela s’est produit, le pilote est simplement descendu à une altitude respirable, et nous avons pu atterrir comme il était prévu. Depuis cet incident, j’ai un peu peur de prendre l’avion, et cela me rassurerait de savoir quelles étaient les causes de cette dépressurisation (c’était peut-être même simplement une fausse alerte, après tout).

    Je me demandais s’il y a un moyen d’avoir accès aux comptes rendus et rapports d’enquêtes des compagnies aériennes après des problèmes de ce genre ? J’ai voyagé avec Iberia, de Zurich à Madrid (IB3477), et c’était le 16 janvier 2017.

    Merci beaucoup !

    • Bonjour,
      L’ensemble des problèmes ayant pu concerner des avions au-dessus de la France, en France, des avions immatriculés en France ou fabriqués en France sont répertoriés sur le site du BEA : https://www.bea.aero/no_cache/les-enquetes/acces-aux-rapports/#main
      Je ne vois aucune référence à votre vol, il devait donc s’agir d’une fausse alerte… Dommage d’être traumatisée pour cela 🙁

      • Lauriane dit :

        Merci pour votre réponse !

        Ayant décollé depuis la Suisse avec un avion d’une compagnie espagnole, peut-être que mon vol n’est pas concerné par ce site. Y en a-t-il un autre concernant les vols européens ?

        Bonne journée!

      • La sécurité aérienne est la même au sein de toute l’Europe, que vous décolliez de France de Suisse ou de Bulgarie, Et quelque soit la nationalité de votre compagnie (C’est une compagnie chinoise vient par exemple en Suisse elle doit se plier aux réglementations européennes et sera contrôlée régulièrement). Les informations présentes sur le site sont donc valables en Europe, mais on pourrait également dire presque partout dans le monde car la réglementation diffèrent très peu étant donné que ce sont des questions de sécurité ou de conception des avions et qu’on ne vend pas un Airbus moins sécurisé pour certains pays où certaines compagnies…

  8. xxx dit :

    Bonjour,

    J’aimerais savoir comment cela se passe au niveau de la porte du cockpit ? lorsque la depressu a lieu coté cabine ? la porte se deverouille t elle seule ? merci

    • Bonjour, je comprends mal la question, en fait l’air que l’on respire est le même côté cabine et côté cockpit, mais en cas de dépressurisation tout le monde reste assis avec son masque. Ceux qui ont besoin de bouger (les PNC) ont des bouteilles avec des masques. Mais il n’y a aucun effet sur les portes du cockpit.

  9. Garcia dit :

    Bonjour, le 4 février sur le vol UA 973 Bru-Ord nous avons eu un problème de pression. Et avons du faire demi tour et atterrir à Londres. Avant d être prévenus du problème, je regardais un film comique et je me suis surprise à rire plus que la normale aux gags (qui somme toute n étaient pas si hilarants). Nous n avons pas eu les masques. Était-ce un symptôme de rire comme ça ? Merci pour votre réponse

    • Bonjour,
      Expérience étonnante 🙂
      Est ce que l’avion a changé d’altitude pour son demi tour ou est-il resté en altitude de croisière ?
      Alors si les masques ne sont pas tombés c’est qu’il n’y a pas eu de dépressurisation réelle, simplement une indication sur les instruments dans le cockpit. Si la pression dans la cabine était descendu en dessous de ce qu’on subit en montagne à 2400m, les masques se seraient déclenchés et l’avion aurait entamé une descente rapide vers 3000m.

  10. Ping : Dans quel cas réalise-t-on une descente d’urgence en avion et pourquoi ce sentiment de chute ? | Sécurité aérienne et peur en avion

  11. Ping : Avion : Comment ne plus avoir peur? – Cinsfitandtravel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *