Certaines parties d’un avion sont-elles moins solides ?

Lors du début de sa mise en descente, le vol A5235 de Hop / Air France entre Paris et Aurillac a subi un choc avec une pièce du panneau de train d’atterrissage, ce qui a provoqué ces dégâts visibles sur l’extérieur de l’appareil. Même si les dégâts semblent impressionnants, l’avion ne perd aucune de ses performances de vol et seul le revêtement extérieur est touché.

Pour faire simple, il y a dans l’avion des endroits plus ou moins « solides » en fonction de leur importance. Les parties de l’avion se trouvant « face au vent », comme le bord d’attaque de l’aile ou le nez de l’avion, sont ainsi renforcées pour pouvoir faire face à des impacts avec de la grêle ou des oiseaux, alors que le dessus de l’aile qui ne risque pas d’être touché n’aura pas les mêmes exigences de résistance.La structure d’un avion est en réalité le cumul de trois éléments et couches :

  • L’ossature principale de l’appareil, c’est la colonne vertébrale de l’avion avec le fuselage, ses ailes, sa dérive…
  • A l’extérieur de l’avion, on ajoute sur certaines parties de l’appareil des surfaces qui sont parfois esthétiques, parfois destinées à protéger des parties sensibles, ou parfois destinées à améliorer l’écoulement de l’air sur l’appareil…
  • Le revêtement intérieur de l’avion, c’est ce que l’on voit quand on est dans l’avion, cela permet de cacher les câbles, poser les racks à bagage, habiller l’ensemble….

Le fuselage est réalisé dans un alliage de métaux et de matériaux composites de plusieurs couches. Cette boite métallique a l’avantage de nous protéger des éventuels éclairs, elle est totalement étanche pour assurer la pressurisation, et elle conserve également une certaine souplesse pour gagner en solidité et en confort. Les ailes des avions sont ainsi capables de se « plier » de plusieurs mètres, ce qui permet de mieux encaisser les turbulences. Cette souplesse permet une meilleure solidité (l’aile plie mais ne rompt pas) et réduit la transmission des turbulences vers les occupants de l’avion puisqu’elles sont encaissées par l’aile. Il en va de même pour l’ensemble du fuselage qui peut subir des torsions de quelques centimètres, cela est surtout inquiétant à l’intérieur de l’avion car on entend le revêtement intérieur de l’avion craquer… mais le fuselage, lui, est capable de résister à 150% du maximum des pires turbulences qui peuvent exister dans l’atmosphère terrestre !

Les différentes parties de l’avion ne sont pas faites dans le même matériau, ce qui correspond aux différents types de contraintes rencontrées …

On voit bien qu’un panneau du dessus de l’aile s’est décroché en plein vol, ce qui n’a aucune conséquence pour l’avion…

Les surfaces extérieures sont celles qui nous intéressent ici. Celles qui ne sont pas directement exposées aux potentiels chocs et qui n’ont pas d’importance vitale sont donc moins solides pour être plus légères. Il y a d’ailleurs environ 40.000 collisions aviaires chaque année dans le monde, cela n’a heureusement pas de conséquences gravesIl y a quelques années, les puits dans lesquels les trains d’atterrissage rentrent n’étaient par exemple pas protégés. Lorsque l’on levait les yeux pour regarder un avion en vol, on pouvait donc voir ses roues rentrées. Cette simple modification a permis de rendre l’avion plus lisse, réduisant les petits courants d’air qui s’infiltrent dans chaque recoin, ce qui a permis de réduire la consommation des appareils de presque 1% ! La deuxième utilité de ces surfaces est de protéger les parties sensibles de l’humidité et de la pluie que l’on pourrait rencontrer. Sur l’image ci-contre, on voit le dessus de l’aile sur laquelle le revêtement est tombé, rendant visible ses câbles et son mécanisme interne. Il n’y a aucune conséquence pour l’appareil, il vole parfaitement et l’avion peut finir son vol dans ces conditions. De même, notre petit ATR-42 de Hop a subi ce choc dans une zone située sous l’aile. Cela a endommagé l’extérieur de l’appareil, cette surface qui permet d’être plus lisse. Puisque la seule surface ici touchée est extérieure, l’avion n’a pas subi de dépressurisation, les qualités de vol de l’appareil n’ont pas été dégradées et la poussée des moteurs est restée normale. Les pilotes ont donc rassuré les passagers (qui n’ont rien remarqué à part un bruit au moment du choc) et ont pu poursuivre leur vol jusqu’à l’atterrissage qui s’est déroulé normalement. Les passagers et l’équipage n’ont constaté les dégâts qu’une fois au sol.

Ne vous laissez donc pas impressionner par les images, elles prouvent juste que les avions sont bien conçus. Ces petits désagréments sont tellement rares qu’il reste plus avantageux de garder ses surfaces légères et « fragiles » plutôt que de les remplacer par des surfaces plus solides, plus chères et beaucoup plus lourdes, ce qui augmenterait la consommation de carburant.

À propos de Xavier Tytelman

Ancien aviateur militaire aujourd'hui consultant sur les questions aéronautiques. Responsable et formateur au Centre de Traitement de la Peur de l'Avion (www.peuravion.fr). Tel : +33667484745
Ce contenu a été publié dans Accidents et crashs, Sécurité aérienne, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Certaines parties d’un avion sont-elles moins solides ?

  1. Caroline dit :

    Bonjour,
    Tout d’abord, merci beaucoup pour votre blog qui m’a bien rassurée sur un tas de questions, avec des explications claires et rationnelles!
    Concernant l’accident du hublot explosé du 17 avril 2018 aux USA de la compagnie Southwest Airlines, la personne décédée a t-elle vraiment été aspirée? Portait-elle sa ceinture? Un hublot peut-il éclater facilement ou celui-ci présentait-il un défaut de conception?
    Merci!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *