Comprendre sa peur de l’avion

La peur de l’avion, aussi appelée aérodromophobie, peut avoir de nombreuses origines. Elle peut être la conséquence d’une mauvaise expérience en vol, mais elle apparaît en général progressivement et sans raison apparente. Lorsqu’un vol se passe moins bien que d’habitude à cause de turbulences mal vécues, d’un bagage oublié dans le RER vers l’aéroport, d’une fatigue générale ou d’une crise de panique (les exemples sont innombrables !), le cerveau retient l’information : il n’aime pas l’avion. Vous arrivez donc au vol suivant avec toute l’anxiété de ce précédent vol, et la peur grandit petit à petit avec les voyages. Ce phénomène peut être plus ou moins rapide, mais au final, la peur de l’avion touche plus de 20% de la population alors que la prévalence des autres phobies ne dépasse pas 2 à 5%. Plusieurs éléments appelés en psychologie des “dimensions” peuvent expliquer cette peur.

1) La peur de l’accident ou de mourir

Stage peur avionLa peur de l’avion peut reposer sur l’impression que l’avion n’est pas un endroit sûr. Toutes les informations positives, toutes les connaissances accumulées et les statistiques rassurantes n’y changeront rien : votre cerveau est persuadé que l’avion est un lieu dangereux. La couverture particulière faite par les médias aux événements aéronautiques, l’irrationalité du fait de voler ou la croyance que le moindre incident aurait une issue fatale n’ont qu’un effet : votre amygdale, partie du cerveau qui gère l’émotion, vous envoie les signaux d’un danger important et vous prépare à  éviter la situation.

Solution : deux éléments complémentaires permettent de répondre à cette problématique :
– trouver toutes les réponses réalistes sur l’aviation et faire en sorte qu’elles prennent le pas sur les pensées négatives automatiques liées à la situation,
– appliquer les techniques cognitives qui permettent de “rallumer” le cortex et apaiser l’amygdale (sans ces techniques cognitives, ce ne seront pas les informations réalistes qui prendront le dessus une fois dans l’avion !).

2) Le besoin de contrôle

contrôler sa peur de l'avionA la question “Avez-vous besoin de garder le contrôle de chaque situation ?” plus de 82% des personnes ayant peurs de l’avion répondent “Oui”, alors que cette proportion est bien plus faible dans la population générale. L’avion est par définition l’endroit où l’on ne maîtrise rien et on l’on met sa vie entre les mains d’un inconnu invisible dans son cockpit, une situation parfois très difficile à vivre.

Solution  : Deux techniques différentes sont possibles :
– L’utilisation d’un simulateur de vol permet de se mettre en situation dans un cockpit et de comprendre ce qui se passe devant. En tant que passager, lorsque l’on comprend pourquoi le pilote fait des virages ou que l’on sait ce qu’il fait pendant les turbulences, la situation devient beaucoup plus facile à accepter.
– Un psychologue permet de travailler sur l’acceptation et le lâcher-prise, ce qui rend cette situation plus facile à gérer émotionnellement.

3) Les difficultés à gérer l’anxiété

gérer son anxiété dans l'avionPuisque le cerveau responsable de l’émotion est persuadé que vous êtes en danger, il ne vous donne que trois ordres :
faire le mort, tel un petit lézard qui veut échapper à son prédateur : vous ne bougez pas, vous ne voulez pas que l’on vous parle, vous vous renfermez sur vous-même et êtes incapable d’écouter tout raisonnement,
fuir pour échapper au danger, mais cela est parfaitement impossible dans l’avion. Dans ce cas, la respiration s’accélère naturellement, certaines personnes sont très agitées et ressentent le besoin de marcher et de bouger.
vous préparer à vous battre contre ce danger. Le cerveau envoie alors des signaux qui accélèrent encore votre rythme cardiaque et qui font monter l’énergie dans le haut du corps, c’est pour cette raison que nombre de personnes écrasent les accoudoirs.
Au final, tous ces éléments n’ont qu’un effet : respiration courte, cœur accéléré, mains moites voire crises de panique (aussi appelées bouffées d’angoisse).

 Solution : Il est indispensable d’apprendre à gérer son anxiété, avec pour objectif d’éviter tous ces symptômes négatifs. La technique la plus efficace d’apprentissage de la gestion de l’anxiété est la cohérence cardiaque avec biofeedback (image ci-contre). Il s’agit d’un logiciel relié à un capteur cardiaque permettant en temps réel de constater comment une bonne respiration permet de garder le contrôle de la situation, et de ce fait de réduire les symptômes de l’anxiété.

4) Les phobies spécifiques sans lien avec l’avion

Claustrophobie et agoraphobie, émetophobie (peur de vomir), altophobie (peur d’être en hauteur), peur de la vitesse, des microbes… il existe plus d’une douzaine de phobies qui ne sont pas directement liées à l’avion mais qui peuvent empêcher de le prendre. Ces phobies ne sont pas systématiques, mais certaines personnes souffrent des éléments classiques de la peur de l’avion (1+2+3) et d’une phobie spécifique en complément.

Solution : D’après les études de l’INSERM et de l’OMS qui ont comparé différents types de prises en charge (TCC, psychanalyse, hypnothérapie…), la technique la plus efficace pour traiter une phobie consiste en un suivi avec un psychologue formé aux thérapies comportementales et cognitives. Cette prise en charge peut être complémentaire avec les solutions évoquées précédemment et destinées à lutter directement contre la peur de l’avion.

—————————————-

Le stage “Prêt à décoller” organisé par le Centre de Traitement de la Peur de l’Avion permet de répondre à ces différentes problématiques en une seule journée, avec l’apprentissage des techniques cognitives, la cohérence cardiaque, les explications rationnelles et la mise en situation dans un simulateur de vol (à Paris, Montpellier, Marseille, en Belgique, en Suisse) et à Pontoise pour le simulateur reproduisant les mouvements de l’avion.
Le stage “Prêt à décoller” est la seule prise en charge contre la peur de l’avion ayant fait l’objet d’une étude d’efficacité indépendante, réalisée en partenariat avec l’Université Paris Descartes (article publié dans la revue scientifique “Aviation Space and Environmental Medicine“). Plus d’informations sur le stage en cliquant ici.

21 Commentaires

  1. Claudia B Claudia B
    14 octobre 2015    

    Bonjour,
    Je souffre d’anxiété légère (mais pas d’une vraie phobie de l’avion selon moi) à l’idée que je vais devoir prendre un vol prochainement. J’ai consulté vos différentes formations, mais je n’arrive pas à déterminer laquelle serait la plus adaptée pour les personnes qui ont avant tout besoin d’être rassurées. Me conseillez-vous plutôt le stage prêt à décoller, ou bien une formation individuelle serait-elle plus adaptée ? Je vous remercie par avance pour votre réponse. Claudia

  2. stéphanie stéphanie
    19 octobre 2015    

    Bonjour,
    je suis moi aussi, comme vous l’expliquez dans votre article, confrontée à la peur de l’accident au moment de devoir prendre un vol. En effet, même si selon les statistiques l’avion est un moyen très sûr de voyager, il faut aussi reconnaitre que le jour où il y a un véritable incident en plein ciel, les chances de s’en sortir sont quand même extrêmement minces… Dès lors, comment arriver à mettre de côté ces pensées négatives à l’embarquement ou au décollage de l’avion ? merci pour vos conseils

  3. 22 octobre 2015    

    Bonjour Claudia,
    A partir du moment où votre anxiété répond à au moins une des trois dimensions de la peur de l’avion (peur de l’accident, “peur d’avoir peur” ou d’avoir une crise de panique, difficulté à ne pas contrôler soi-même la situation), le stage répondra à votre attente. D’après l’étude d’efficacité réalisée en partenariat avec l’Université Paris Descartes, les personnes ayant suivi le stage atteignent globalement une anxiété moyenne de seulement 3,7/10 dès le premier vol suivant le stage. Ce résultat ne diffère pas en fonction de l’intensité de l’anxiété avant le stage ou de son ancienneté.
    Si vous ne souhaitez travailler que sur une seule des trois dimensions de la peur de l’avion ou sur une phobie spécifique comme la claustrophobie, alors il est possible d’organiser une prise en charge individuelle. Néanmoins et dans le cadre du traitement d’une peur, toutes les études internationales observent une efficacité supérieur au travail en groupe par rapport à une formation individuelle.
    N’hésitez pas à remplir le questionnaire “Déterminer sa peur de l’avion” ou à directement nous appeler pour un diagnostique plus précis.
    Au plaisir d’échanger,
    Xavier

  4. 22 octobre 2015    

    Bonjour Stépahnie,
    Comme vous le dites, des informations seules ne permettent pas de se rassurer, aussi valables soient-elle. Pour faire simple, les informations comme les statistiques et les connaissances techniques alimentent la partie rationnelle du cerveau, le cortex, mais ce cortex “s’éteint” pendant les moments de stress. L’objectif du travail avec le psychologue est donc de faire en sorte que ces informations soient bien celles qui restent présentes à l’esprit une fois dans l’avion, autrement dit : il faut forcer le cortex à rester allumé. Cela passe par l’utilisation de techniques cognitives simples et efficaces.
    Le deuxième aspect du stage qui est intéressant de ce point de vue est le simulateur de vol. Il faut le considérer comme un film : si vous regardez un film d’horreur et même si vous savez qu’il ne s’agit d’un écran, cela pourra vous marquer d’une manière négative. A l’inverse, le simulateur permet de marquer le cerveau des émotions d’une manière positive parce qu’il apporte des informations visuelles. de la même manière qu’un film d’horreur peut vous marquer de manière négative, le simulateur de vol peut vous marquer d’une manière positive. Il constitue par ailleurs une bonne étape intermédiaire et une confrontation douce avec l’avion, ce qui permet de s’y habituer progressivement.
    Au plaisir d’échanger,
    Xavier

  5. Quentin Quentin
    28 octobre 2015    

    Bonjour
    Proposez vous des entretiens individuels avec un psychologue pour tenter d’analyser et de comprendre l’origine de nos craintes ? Si oui, quelle est la procédure pour avoir un entretien avec le Dr Negovanska ? merci d’avance

  6. Xavier Tytelman Xavier Tytelman
    29 octobre 2015    

    Bonjour, vous pouvez nous appeler pour un échange rapide, mais il est également possible de rencontrer un psychologue au sein de notre équipe. Si vous souhaitez directement contacter le Dr Negovanska, vous pouvez nous écrire via le formulaire de contact, ou directement l’appeler au 06.80.08.63.73
    Cdlt

  7. tania esposito tania esposito
    6 novembre 2015    

    bonjour,
    je recherche beaucoup en ce moment comment surmonter sa peur de l’avion .
    j’ai lu votre article avec intérêt, surtout les différentes solutions que vous proposez.
    Je penses que les techniques cognitives pourrait fortement m’aider avec mon problème (peur des risques de l’avion). j’aimerais beaucoup pouvoir vaincre ma phobie de l’avion mais je ne suis pas sur que cela fonctionnerait, j’ai encore des doutes. (j’ai même peur d’effectuer le stage contre la peur de l’avion…).
    Pourrais-je avoir plus de détails sur place? a quelle adresse?
    bien cordialement,

  8. Xavier Tytelman Xavier Tytelman
    6 novembre 2015    

    Bonjour Tania, ne vous inquiétez pas, la journée est construite d’une manière qui permet une progressivité, le simulateur n’arrive par exemple qu’en fin de journée entre 16h30 et 19h. Les techniques cognitives seules permettent de bloquer les idées négatives, cela est complémentaire avec la formation technique qui apporte les bonnes réponses.
    Les résultats que nous obtenons ont été validés par une étude clinique, nous avons réellement un taux de retour en vol de 97% en incluant toutes les prises en charge disponibles, et l’anxiété dès le premier vol qui suit le stage n’est que de 3,7/10 (contre plus de 9/10 avant le stage).
    Vous pouvez bien sur nous rencontrer, mais nous travaillons avec 8 simulateurs de vol en France, en Belgique et en Suisse, n’hésitez pas à nous écrire à contact@peuravion.fr afin que nous puissions vous donner l’adresse du site le plus proche de chez vous,
    Xavier

  9. Baron C Baron C
    2 décembre 2015    

    Bonjour, Je vous remercie d’aider les personnes qui ont cette peur incontrôlable.
    J’ai un stage de 3 jours à Genève, il y a 7 ans. C’était très intéressant, mais… je ne prends toujours pas l’avion… Je suis claustrophobe. Est-ce votre stage peut vraiment aider les personnes comme moi ?
    C’est très bête, mais ça gâche un peu la vie. J’ai envie de voyage, mais je suis limitée… Merci, Céline

  10. Velina Negovanska Velina Negovanska
    2 décembre 2015    

    Bonjour Céline,
    La peur de l’avion se décompose en 4 grandes dimensions qui peuvent se renforcer les unes les autres :
    – peur du crash et de mourir avec tous les aspects techniques (turbulences, pannes…),
    – mauvaise gestion de l’anxiété qui se traduit par “la peur d’avoir peur”, avec des difficultés parfois des semaines avant chaque vol et éventuellement des symptômes physiologiques (cœur qui s’accélère, mains moites, bouffées d’angoisse…),
    – le besoin de contrôle, dans ce cas c’est le fait de ne pas maîtriser la situation ou d’avoir l’impression de ne pas pouvoir agir qui pose problème,
    – les autres phobies sans lien avec l’avion mais qui empêchent de le prendre : claustrophobie, peur du vide, peur des microbes…

    Le stage a de bons résultats sur les trois premières dimensions de la peur (peur du crash, gestion de l’anxiété et besoin de contrôle), elle réduit également l’aspect claustrophobie mais il faut être clair : on ne peut pas traiter une claustrophobie en une journée. Les techniques cognitives de la partie psychologique donnent les méthodes pour arrêter les pensées catastrophes, la cohérence cardiaque permet de maîtriser les crises de panique, la séance de simulateur permet une mise en situation (confinement, bruits, ambiance) et répond au besoin de contrôle par la prise des commandes, les explications techniques apaisent l’anxiété et réduisent le besoin de s’échapper par le raisonnement (moins d’éléments inconnus risquant de faire monter le besoin de s’échapper notamment).
    Le stage apaise donc la claustrophobie, mais si vous devez aller plus loin sur cette difficulté nous pouvons également vous mettre en relation avec un(e) psychologue formé aux thérapies comportementales et cognitives proche de chez vous. Beaucoup de personnes complètent ainsi le stage par 3 séances avec un psychologue pour se débarrasser pour de bon de la claustrophobie.
    N’hésitez pas à nous contacter pour toute question,
    Dr Velina Negovanska

  11. bailleul bailleul
    26 janvier 2016    

    Bonjour,
    Ayant une trouille bleue de l’avion car je ne connait pas, ni ne voit d’avions depuis 35 ans .
    J’ai 50 ans et depuis mes 14 ans je sais que je panique en avion et depuis je ne le prends plus .
    Mais … je vais devoir en prendre un bientôt et j’en suis malade . ( avec anxyolitique )
    Ma question.
    Un quidam peut il visiter un aéroport ou allez dans un hall accessible pour voir des avions de près ?
    Peut on visiter un avion pour se familiariser avec sans pour cela y être enfermé des heures dès la première fois.
    Bref … à bientôt pour un stage .
    Merci.

  12. Véro Véro
    5 avril 2016    

    Bonjour
    Je souhaiterai avoir s’il est possible les coordonnées d’un psychologue comportementaliste qui traiterait de mon problème de claustrophobie dans l’avion. J’ai suivi le stage contre la peur avec le le simulateur de vol et cela a vraiment permis d’atténuer l’aspect “peur de l’accident” et mes crises de panique, mais maintenant que le problème est résolu j’aimerais surmonter mes peurs dans les autres environnements.
    J’habite à Nimes mais peu me déplacer si besoin.

  13. 7 avril 2016    

    Bonjour Marc,
    La peur de l’avion, comme toutes les peurs, se renforce avec l’évitement, et il est donc “normal” que l’anxiété soit devenue beaucoup forte après 35 années en ne voyant l’aviation qu’au travers des médias…
    Tout le monde peut aller dans un aéroport car une partie est ouverte au grand public, par contre vous ne pourrez pas accéder à la partie qui se trouve après les procédures de sureté aéroportuaire. En fonction de l’aéroport sur lequel vous vous rendez, vous pourrez trouver des plateformes d’observation plus ou moins agréables, mais au moins vous pourrez vous réhabituer petit à petit à la situation. Parallèlement, regardez des vidéos d’avions comme cette série : https://www.youtube.com/watch?v=aYDITbG__IQ&feature=youtu.be&list=PLYRDHOGHFxLuYqwPSWF2OOhxV23nraPuQ
    C’est désagréable, mais votre cerveau va se réhabituer progressivement à la situation.
    pour ce qui est de visiter un avion, à part au musée de l’Air et de l’Espace ou des endroits équivalent (Toulouse par exemple), c’est mission impossible… Mais le principal est aussi de bien déterminer le type de votre peur de l’avion avant de se lancer sur un stage. Si votre problème est uniquement lié à l’enfermement, alors ça ne sera pas forcément le stage qui sera le plus adapté. N’hésitez pas à directement m’envoyer un mail à contact@peuravion.fr pour échanger,
    Xavier

  14. 2 mai 2016    

    Bonjour Véronique, heureux de savoir que vous allez mieux 🙂
    Vous pourrez trouver la liste des psychologues formés aux TCC en suivant ce lien : http://www.aftcc.org/carte_membres
    Pour les villes sur lesquelles nous possédons un Centre, je peux bien sur vous conseiller notre équipe qui est spécialisée sur les peurs entourant l’avion, mais sur Nimes nous n’avons pas de référent. Cette liste permet d’obtenir tous les praticiens formés aux TCC, c’est-à-dire la thérapie qui permet de se débarrasser au mieux des phobies d’après les études sur le sujet.

  15. Marine And.. Marine And..
    1 août 2016    

    Bonjour
    Jai 30 ans et prend régulièrement l’avion pour voyager. Cependant c’est toujours aussi dur pour moi, j’ai exactement les 3 dimensions dans les phases de la peur dont vous parlez ….
    Perte de contrôle
    Peur du crash des accidents
    Peur des bruits
    Main moite bouche sèche et palpitations
    Je ne peux plus parler ni bouger
    Je scrute les hôtesses pour déceler des indices d’un accident imminent ….
    C’est infernal
    Pourtant Je n’ai peur de rien d’autre dans ma vie. Mais cela me gâche mes voyages moi qui aime tant cela. Et mon mari Perd parfois patience.
    Pourtant les avions me fascinent. Mais c’est le cumul de tous les gens qui sont nécessaires à chaque etape qui me font peur : et s’ils faisaient mal leur part du job ?
    Je me suis faite hypnotiser et cela a pas mal fonctionner pour un long courrier de 12h. Mais 6 mois après les effets étaient partis.

    Pouvez vous m’aider ?
    Je n’attend que cela… Etre enfin un peu plus detendue.

    Merci…

  16. 2 août 2016    

    Bonjour Marine et merci pour ce commentaire détaillé. Si vous vous reconnaissez dans les trois dimensions principales de la peur de l’avion (peur du crash, besoin de contrôle et “peur d’avoir peur”), alors ce sera le stage qui sera le plus efficace. Idéalement nous recommandons de suivre le stage dans les deux mois qui précèdent un vol, avez vous un voyage prévu prochainement ?
    Pour l’hypnose, elle donne malheureusement des résultats faibles sur le long terme car cette technique ne modifie pas les pensées négatives : il faut aussi savoir pourquoi une turbulence n’est pas grave pour ne plus en avoir peur, la relaxation quelle qu’en soit la forme n’est pas suffisante… le simulateur de vol a une capacité à marquer le cerveau des émotions bien plus forte qu’une séance de mise en situation par la pensée puisque l’on vit réellement la situation. Ensuite, même si vous êtes au sol, le cerveau des émotions passe un moment finalement pas si désagréable “dans un avion”, et c’est ça qui va permettre de faire baisser le niveau d’anxiété en vue des vols suivants.
    En moyenne, le stage permet de réduire l’anxiété à seulement 3,7/10 dès le premier vol qui suit le stage, et ensuite plus on vole plus la situation continue à s’améliorer.
    Avez-vous un vol prévu prochainement ?
    Xavier

  17. Frederique Frederique
    16 janvier 2017    

    Bonjour,

    J’ai peur de l’avion, plus particulièrement des turbulences (10/10), un peu au décollage (5/10) et pas de problème pour l’atterrissage (1/10).
    Je suis très intéressée par vos stages le soucis c’est que j’habite sur l’île de le Reunion (ce qui m’oblige à prendre l’avion! ). Y-a-t-il des formations à distance?
    Merci

  18. 16 janvier 2017    

    Bonjour Frederique, oui tout à fait nous organisons très souvent des prises en charge par correspondance pour les personnes que l’on ne peut pas rencontrer dans les locaux simulateurs de vol… La prise en charge dépend de votre situation (je vais vous envoyer un mail pour échanger), mais d’une manière générale nous prenons 1h à 1h30 d’entretiens avec une psychologue puis 2 à 3h de formation technique (questions de sécurité aérienne, comment on se pose dans le brouillard, dangerosité des turbulences, comment on évite les orages…). Le coût de la prise en charge est de 80€ de l’heure et des remboursements sont possibles via les mutuelles.

  19. PJ PJ
    25 janvier 2017    

    Bonjour,

    Eh bien moi j’ai peur de l’avion et donc je ne l’ai jamais pris, je ne le prends pas et je ne le prendrai jamais; c’est aussi simple que cela !

  20. 26 janvier 2017    

    C’est une façon de voir les choses, si vous votre profession ne nécessite pas de voyage, que vous n’avez pas de famille à l’étranger et que vous ne ressentez pas l’envie de voyager, il est tout à fait respectable de ne pas avoir envie de voyager. Pour ceux qui le souhaitent ou qui en ont besoin par contre, il est important de savoir que la peur de l’avion se traite vraiment bien et rapidement, avec des résultats durables.
    Nous restons en tous cas disponible si vous changez d’avis 😉
    Xavier

  21. solo1984 solo1984
    1 février 2017    

    A destination de plusieurs personnes qui évoquent les turbulences: sachez que, même si c’est parfois très inconfortable, l’avion ne risque strictement rien! Il est conçu pour résister à des forces bien plus importantes, et la plupart du temps les pilotes se contentent de laisser le pilote automatique, extrêmement fiable et évolué, gérer tranquillement la situation. Donc aucune inquiétude à avoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le CTPA vous accueille à Paris, Marseille, Montpellier, Grenoble, en Belgique et en Suisse !
Stage contre la peur de l'avion