Crash d’un Boeing 777 d’Asiana Airlines à San Francisco

Evacuation du B777 accidenté sur l'aéroport de San Francisco - Photo Twitter de David Eun

Evacuation du B777 accidenté sur l’aéroport de San Francisco – Photo Twitter de David Eun

Après 3 300 000 000 de passagers transportés sans encombre, les Etats-Unis viennent de subir le 6 juillet 2013 un accident aérien mortel. Un Boeing 777 de la compagnie coréenne Asiana s’est crashé sur l’aéroport de San Francisco avec 307 passagers à son bord, provoquant le décès de deux d’entre eux.

Revenons tout d’abord sur l’accident en lui-même. L’avion est en phase d’atterrissage mais fait son approche bien trop bas et lentement, heurte un mur de protection situé avant le seuil de piste, provoquant la rupture d’une partie de la queue de l’avion, sa chute sur la piste suivie d’un dérapage jusqu’à son arrêt complet dans la poussière. L’atterrissage s’était fait en manuel, sans le système d’approche et d’atterrissage automatique ILS, le temps était parfait et rien ne semble indiquer que l’avion ait subit un problème technique. L’enquête confirmera donc certainement la première impression des spécialistes : le pilote a atterri manuellement et a mal visé la piste, un peu comme un chauffeur de bus qui raterait un virage…

Etant donné le nombre d’anciens stagiaires qui nous ont recontacté pour l’occasion et au vu des réactions du groupe du jour (le stage du 7 juillet était quelque peu perturbé) et sans vouloir minimiser la portée de cet accident, il faut néanmoins décrypter l’événement.

Tout d’abord, la solution contre ce genre d’accident (rappelons le, extrêmement rares) serait de favoriser les approches des aéroports avec le système ILS (Instrumental Landig System) d’atterrissage assisté plutôt qu’en pilotage manuel. C’est déja le cas dans l’immense majorité des cas et les pilotes savent se poser sans cette aide, mais des voix s’élèvent déjà aux Etats-Unis pour que la pratique soit systématisée, et qu’un aéroport sur lequel le système serait éteint soit considéré comme fermé. Les contrôleurs aériens donnent pour leur part l’ordre d’atterrir puis informent les pilotes de l’éloignement entre leur avion et celui qui les précède. C’est ensuite le pilote qui décide si l’atterrissage peut être assuré dans les meilleures conditions de sécurité. Si ce n’est pas le cas, le pilote peut faire une remise de gaz pour se représenter et se poser dans de meilleures conditions. Il s’agit d’une procédure tout à fait classique destinée à éviter de prendre le moindre risque, un peu comme un conducteur qui recommence son crénau. Le pilote aurait du faire cette remise de gaz.

Un petit point sur la perception de l’incident maintenant. Parallèlement à cet événement, le même jour, deux accidents mortels de train ont eu lieu dans le monde, un au Pakistan ayant fait 12 morts, et surtout un au Canada qui a provoqué la mort d’une cinquantaine de personnes. Ces événement, dont les conséquences sont bien plus graves, n’occupe cependant que la 2ème page des médias, confirmant, si cela était encore nécessaire, que les médias favorisent toujours les incidents aériens aux autres types d’accidents même si ceux-ci sont plus graves. Et je ne vous parle même pas de la centaine de morts que les Etats-Unis comptent chaque jour en voiture ou des 600 morts quotidiens d’un accident domestique du pays…

Deuxième caractéristique de cet crash, vous remarquerez que sur un accident majeur dans lequel l’avion s’est partiellement brisé avant de prendre feu, on ne compte que deux morts pour 307 passagers. Une fois encore et comme on ne le répétera jamais assez : on survit dans la majorité des accidents d’avion, même quand l’avion est détruit ! Je vous conseille la lecture de cet article dédié au sujet et expliquant pourquoi le taux de survie est de 56% dans les crashs. Dans notre cas, le taux de survie est de 99,5%… Rappelons qu’un accident de voiture à 60 km/h est mortel dans 80% des cas.

Dernier élément : on a pu encore vérifier que les passagers peuvent évacuer un avion en moins de 90 secondes, sans même en utiliser la totalité des sorties de secours. On voit bien que non seulement cette résistance est respectés, mais également que tout le monde a réussi à évacuer, y compris les blessés. Et encore une fois, cette évacuation a été réalisée dans le calme le plus total, notamment grâce au personnel de bord, hôtesses et stewards, ainsi qu’aux pompiers de l’aéroport qui ont pu agir très rapidement…

Au final, on a donc bien un accident aérien dans un pays réputé fiable, un accident dramatique qui tient en une erreur de pilotage. Les appareils sont de plus en plus fiables et les pilotes ont un niveau mondialement excellent, ce qui explique le peu d’accidents aériens que l’on dénombre. Le facteur humain existera cependant toujours et ne pourra jamais être totalement exclu. Mais souvenez vous que les pilotes réalisent 80 000 décollages et atterrissages chaque jour sans rencontrer le moindre problème…

À propos de Xavier Tytelman

Ancien aviateur militaire aujourd'hui consultant sur les questions aéronautiques. Responsable et formateur au Centre de Traitement de la Peur de l'Avion (www.peuravion.fr). Tel : +33667484745
Ce contenu a été publié dans Accidents et crashs, Decryptage médias, Sécurité aérienne, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Crash d’un Boeing 777 d’Asiana Airlines à San Francisco

  1. Alexandre de Sageant dit :

    Super Site

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *